Accueil L'International Quinze jours de crise cardiaque | Article de Joan Tapia

Quinze jours de crise cardiaque | Article de Joan Tapia

42
0

Macron, avec 27,8 % au premier tour, a augmenté sa part de voix en 2017 près du double de celle de Marine Le Pen (23,2 %). Mais alors Macron fêtait déjà sa victoire et a fini par l’emporter au second tour par 66% contre 34%. Une raclée monumentale.

Cependant, dimanche soir, Marine Le Pen s’est montrée combative tandis que Macron semblait agité. Parce que? Les sondages rapides sur le second tour disent que Macron ne gagnera qu’avec 51% contre 49% ou avec 54%-46%. Très serré et rien à voir avec 2017. La raison en est que les électeurs des huit autres candidats ils pourraient être plus enclins à voter contre Macron. Parce que?

Comme c’est arrivé -moins- en 2017, l’axe de division n’est plus gauche contre droite. La preuve en est que les grands partis de droite (De Gaulle, Chirac, Sarkozy) et celui de gauche (Mitterrand), dominants depuis 1958, ne détiennent plus ensemble que 7% des voix.

L’électorat s’est essentiellement scindé en trois. D’une part, le français européiste et internationaliste (plus qualifiés et avec de meilleurs revenus) qui ont majoritairement voté pour Macron (27,6%). D’autre part, le nationaliste, protectionniste et résistant à l’immigration et à l’Europe (avec des revenus plus faibles) qui l’ont fait pour Le Pen (23,2 %). Et il y a un autre tiers de France (22%) qui a voté pour Mélenchon. Ils sont aussi contre la mondialisation (et avec moins de revenus), mais très réticents à l’extrême droite car ils sont à gauche.

Lire aussi:   Ils trouvent une tonne de cocaïne cachée dans la nourriture du bétail à l'aéroport de Quito

La grande inconnue est de savoir comment seront répartis les votes de Mélenchon et ceux des sept autres candidats au second tour, dans 15 jours. Si l’on ajoute à Macron les voix des candidats de la droite modérée (Pécresse), écologistes (Jadot), socialistes (Hidalgo) et communistes (Roussel), qui lui ont déjà promis leur soutien, on atteint 41,3 %. Au contraire, si l’on ajoute à ceux de Le Pen les 7,1% d’Éric Zemmour (plus à l’extrême droite) et ceux de deux candidats de droite radicale, on arrive à 35,5%. Si tout était comme ça, Macron aurait la victoire à portée de main.

Mais tous les 4,8% du conservateur Pécresse, ni les 2,3% du communiste Roussel, ne voteront pas pour Macron.

Que feront les électeurs de Mélenchon ?

Oui le plus grand doute il fait partie de ceux qui ont voté pour La Francia Insumisa de Mélenchon, un mélange de socialistes de gauche (il a été ministre de Jospin) et de Podemos qui passe ses vacances au Venezuela. mélenchon est très contraire à Macron (qu’il qualifie de conservateur), mais c’est constitutionnellement opposé à l’extrême droite. C’est pourquoi, dimanche, il a répété trois fois : « Pas un vote pour Marine Le Pen ». Vos électeurs vous écouteront-ils ? Selon les sondages, beaucoup s’abstiendront, d’autres voteront Macron le nez couvert et un tiers votera Le Pen pour protester contre la mondialisation et le coût de la vie.

Lire aussi:   La Russie intensifie les "opérations d'assaut" à Severodonetsk à la veille de 100 jours de guerre

Le plus logique est que Macron gagne d’une courte victoire, mais ce n’est pas garanti. Il y a ceux qui disent que la vraie division est entre les pro-européens français et les opposants à la mondialisation (qu’ils soient Le Pen ou Mélenchon). Dans ce cas, Macron pourrait conserver 41% et Marine Le Pen pourrait ajouter à sa somme les 22% de Mélenchon (35%) et atteindre ainsi 57% des suffrages.

C’est totalement impossible, mais c’est Le grand cauchemar de Macron. Après une administration pragmatique et sans complexes, il lui faut désormais attirer une partie des radicaux anticapitalistes. Ou qu’ils préfèrent Marine Le Pen, dont la campagne a cette fois été bien plus populiste qu’extrême droite.

Ce sera 15 jours de crise cardiaque. Et si Le Pen venait à gagner, les conséquences pour l’Europe seraient catastrophiques. Bien pire que le Brexit.

Article précédentle duel du second tour commence
Article suivantLe journaliste russe qui a interrompu une émission d’information travaillera gratuitement pour ‘Die Welt’