Accueil L'International L’intérieur est prêt à collaborer aux enquêtes

L’intérieur est prêt à collaborer aux enquêtes

49
0

Agents des laboratoires de police scientifique et experts en explosifs et crimes internationaux de la La Garde civile et le Corps de la police nationale seront déployés en Ukraine dès qu’un dispositif d’enquête sur place sur les crimes de guerre est activé, assurent des sources du ministère de l’Intérieur à ce journal.

Au ministère dirigé par le ministre Fernando Grande-Marlaska, ils expriment la « volonté » d’enquêter pour la procédure ouverte par le parquet espagnol concernant l’agression russe et son corollaire d’attaques contre la population civile et de découvertes macabres dans des parties de l’Ukraine abandonnées par l’armée d’invasion, et aussi de travailler sur une initiative multinationale : « Nous collaborerons avec nos experts de la Police nationale et de la Garde civile dans toute initiative nationale ou internationale dans laquelle nous sommes requis », indiquent les sources ministérielles consultées. Les mêmes sources restent, en tout cas, imminentes à cette intention : « Ce n’est pas que nous ayons déjà les valises préparées il n’y a pas non plus d’équipe à désigner », expliquent-ils.

Le ministre de l’Intérieur a indiqué ce mardi, à l’issue de la réunion du Conseil des ministres, son prêt à « une coopération et une coordination totales ». « Les forces et corps de sécurité de l’État – a rappelé Grande-Marlaska – agissent en tant que police sous les ordres de la justice et du parquet. Nous sommes toujours disponibles dans le développement de l’affaire qu’ils ont ouverte au bureau du procureur général de l’État.

Déploiement français

La disposition espagnole est différente d’une initiative française qui a précédé l’organisation de missions multinationales. Ce lundi, le gouvernement gaulois a révélé par l’intermédiaire de son ambassade à Kiev l’envoi de 17 agents spécialisés de la gendarmerie française et un laboratoire mobile pour l’identification des tests biologiques et chimiques et la effectuer une analyse ADN.

Selon l’ambassadeur de France en Ukraine, Étienne de Poncinsles gendarmes viennent « assister leurs compatriotes ukrainiens dans les enquêtes sur crimes de guerre commis dans les environs de Kiev », et son activité a débuté ce mardi.

Sans toujours travailler sur le terrain en Ukraine, un groupe d’experts du domaine de l’information de la police nationale recueille et commande des témoignages graphiques pour le enquêtes sur les crimes de guerre que le bureau du procureur général espagnol a ouvertes confier la direction au procureur général près la Haute Cour nationale, Jésus Alonso.

Le premier objectif de cette procédure est celui marqué par la législation espagnole : l’enquête sur crimes commis contre des personnes de nationalité espagnole ou Ukrainiens résidant en permanence en Espagne. Et l’enquête de la poursuite est la priorité de la ministre Marlaska.

A la demande de 39 pays, dont l’Espagne, le parquet de la Cour pénale internationale a confirmé le 3 mars l’ouverture d’une enquête pour Crimes contre l’humanité en Ukraine.

Article précédentLa céramique de Castellón connaît la croissance la plus rapide des ventes aux États-Unis
Article suivantVivo lance son modèle de smartphone pliable X Fold