Accueil L'International Les négociations échouent et Erdogan maintient son veto pour que la Suède...

Les négociations échouent et Erdogan maintient son veto pour que la Suède et la Finlande rejoignent l’OTAN

29
0

Les négociations menées jusqu’à présent par Suède Oui Finlande avec la Turquie afin que ankara lever son veto contre l’entrée de ces pays nordiques dans l’OTAN n’ont pas fonctionné, selon le président turc, Recep Tayyip Erdoğan dans des déclarations recueillies par le réseau NTV ce dimanche. En conséquence, Turquie Il continuera à bloquer cet élargissement de l’Alliance atlantique, a souligné le chef de l’exécutif turc lors d’une visite en Azerbaïdjan. La demande turque – non satisfaite par l’UE – de déclarer les milices kurdes en Syrie groupe terroriste est l’un des points de blocage des négociations. « Tant que Tayyip Erdogan sera à la tête de la république de Turquie, nous ne dirons pas oui à l’entrée dans l’Otan de pays qui soutiennent le terrorisme », a insisté le président.

Depuis que la Suède et la Finlande ont annoncé leur intention de rejoindre l’OTAN au milieu de ce mois, Erdogan a prévenu qu’il opposerait son veto à leur adhésion – qui doit être approuvée par unanimité dans l’Alliance – si ces pays continuent d’accueillir des militants des mouvements kurdes qu’Ankara considère comme des terroristes. La Union européenne définit la guérilla kurde de Turquie, le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), en tant que groupe terroriste, mais Ankara se plaint que, malgré cela, les pays membres n’extradent pas les personnes que la Turquie considère comme liées à ce groupe armé.

Lire aussi:   Litvinenko, l'homme empoisonné qui n'a pas pu témoigner contre Poutine : l'embryon de l'enquête en Espagne

Les pourparlers ont débuté mercredi dernier par deux délégations de Helsinki Oui Stockholm avec une délégation turque « ils n’ont malheureusement pas été au niveau attendu », a déclaré le président turc. « Ils ont des attentes, mais ils n’ont pas pris les mesures que nous pensons nécessaires. […] Même pendant ce processus, il y a des terroristes qui marchent dans les rues de Stockholm, protégés par la police », a déclaré le président.

Croisade contre les milices kurdes

En outre, Ankara demande en vain depuis des années que l’UE classe également les milices kurdes syriennes, les Unités de protection du peuple (YPG), comme groupe terroriste pour leurs liens avec le PKK. « Le jour même où nous avons parlé (avec les délégations nordiques à Ankara), le terroriste Salih musulman est venu s’exprimer à la télévision publique suédoise », a dénoncé Erdogan, faisant référence à l’un des dirigeants du parti kurdo-syrien PYDbras politique de GPJ.

Lire aussi:   Huit personnes tuées par des tueurs présumés au Mexique

D’autre part, le président a critiqué le fait que les bases américaines sur le territoire de la Grèce (un autre membre de l’OTAN) « sont utilisées contre la Turquie » et a assuré qu’il ne reparlerait plus avec le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, pour son discours « hostile » à Washington la semaine dernière. Erdogan a également réitéré son avertissement selon lequel la Turquie lancera bientôt une nouvelle opération militaire dans le nord de la Syrie pour contrôler les territoires désormais dominés par les milices kurdes, mais n’a pas précisé le calendrier de ce plan.

« Comme nous l’avons toujours dit, une nuit, nous descendrons soudainement sur ces collines, c’est ce que nous devons faire », a déclaré le président. Dans l’après-midi de ce dimanche, Erdogan a répété ce message lors d’une cérémonie massive à l’ancien aéroport Atatürk d’Istanbul, où il a planté un arbre, inaugurant ainsi les travaux de transformation de l’espace en parc public. « Nous combattons les terroristes dans le nord de la Syrie. Nous continuerons jusqu’à ce que nous les déracinions », a promis le président devant une foule qu’il a lui-même estimée à plus d’un demi-million de personnes.

Article précédentVolkswagen, accusé de pratiques « esclavagistes » pendant la dictature au Brésil
Article suivantBiden visite une école du Texas où 19 enfants et 2 enseignants sont morts