Accueil L'International Les doutes de la Hongrie font dérailler la tentative de l’UE d’approuver...

Les doutes de la Hongrie font dérailler la tentative de l’UE d’approuver de nouvelles sanctions contre la Russie

34
0

Les 27 pays membres de l’UE poursuivront les négociations durant la semaine pour tenter d’atteindre l’objectif unanimité nécessaire interdire tout importations de pétrole russe dans l’UE, qu’ils soient bruts ou raffinés, après ce dimanche Hongrie maintenir ses réserves lors d’une réunion convoquée à Bruxelles au niveau des ambassadeurs essayer de déverrouiller le sixième paquet de sanctions pour la guerre en Ukraine.

La réunion est terminée sans accord après une heure et demie de débat au cours duquel il a été enregistré que la Hongrie, gouvernée par les populistes ultra-conservateurs Victor Orban, allié traditionnel de Vladimir Poutine, détient des réserves et des créances sur mesure « plus de garanties » sur les alternatives d’approvisionnement ou d’indemnisation rompre avec le flux russe, ont indiqué diverses sources diplomatiques.

Les contacts « à tous les niveaux se poursuivront en début de semaine » dans le but d’atteindre « le plus vite possible » un accord pour mettre en œuvre le sixième paquet de sanctions, ajoutent d’autres sources européennes, qui insistent sur le fait que les questions en suspens ne sont pas tant « politiques » que « techniques ».

Lire aussi:   Le clin d'oeil d'Emmanuel Macron, article de Joan Tapia

Crise d’épilepsie

La proposition prévoit un embargo sur toutes les importations de pétrole russe vers l’Union européenne pour en tous cas, avec une période de transition de six mois pour le pétrole brut et huit pour les produits raffinés.

L’exception prévue pour la Hongrie et Slovaquie, plus dépendant de ce pétrole, pourrait retard d’un an son application a compliqué les négociations parce que le délai était insuffisant aux yeux de ces pays, qui veulent le reporter à 2024, et parce que d’autres partenaires ont demandé ce traitement différencié, ce qui République tchèque il a déjà réussi à se consolider dans le texte pour lui-même.

Lire aussi:   Les États-Unis incluent les filles de Poutine dans une nouvelle série de sanctions contre la Russie

En tout cas, les Européens restent déterminés à trouver un accord « En début de semaine » car ils considèrent que les négociations techniques et les contacts entre capitales ont déjà permis « des avancées très importantes » et il reste à conclure les travaux qui résolvent les réserves des partenaires fortement dépendants de l’approvisionnement en pipeline de la Russie.

Ce nouveau cycle prévoit d’autres mesures telles que l’élargissement de la liste des personnes et entités sanctionnées pour leur responsabilité pour crimes de guerre ou encore déconnecter Sberbank et deux autres entités du système bancaire Swift, bien que ces éléments ne posent pas d’obstacles à la négociation.

Article précédentVisite surprise de la première dame des États-Unis en Ukraine
Article suivant« Il faut parler beaucoup plus de santé mentale en entreprise »