Accueil L'International Le procureur palestinien conclut que le journaliste Abu Akleh a été tué...

Le procureur palestinien conclut que le journaliste Abu Akleh a été tué par Israël

22
0

Le procureur général de l’Autorité nationale palestinienne (ANP) a révélé jeudi résultats de son enquête sur la mort de la journaliste Shireen Abu Aklehindiquant que les troupes israéliennes ils l’ont assassinée délibérément. « L’enquête a montré que les attaques contre Shireen Abu Akleh et les journalistes proches d’elle étaient délibérées », a déclaré aujourd’hui le procureur Akram al-Khateeb.

« Les seuls tirs provenaient des forces d’occupation avec le tuer la cible« , a déclaré le procureur, évoquant la responsabilité des troupes israéliennes, lors d’une conférence de presse dans la ville cisjordanienne de Ramallah.

L’accusation a déclaré que la balle qui a tué Abu Akleh le 11 mai à Jénine « avait le capacité à pénétrer l’armure et les caractéristiques d’une balle utilisée par un tireur d’élite », selon l’agence de presse officielle palestinienne Wafa.

Le rapport du procureur a établi que le journaliste était touché par une balle dans la tête alors qu’il tentait de se mettre à l’abri et que la poursuite des tirs après le premier impact, empêchant d’autres collègues de l’aider ou de l’approcher, révèle l’intention de tuer des soldats israéliens. L’accusation a souligné qu’il n’y avait pas eu d’affrontements armés entre les forces israéliennes et les militants palestiniens au moment de la mort d’Abou Akleh, faisant de l’incident un crime de guerrecomme il l’a soutenu.

Lire aussi:   Les évacuations reprennent à Marioupol alors que Biden annonce plus d'armes pour l'Ukraine

Le nouveau secrétaire général de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Hussein al-Sheikh, a déclaré via son compte Twitter que le rapport du procureur général a déjà été remis au gouvernement américain et qu’une copie sera également remise à la chaîne Al Jazeera qui Akleh a travaillé pour.

L’annonce de ce jeudi intervient également quelques jours après que l’ANP a transféré les informations sur la mort d’Abou Akleh à la Cour pénale internationale pour être ajoutées au dossier de l’enquête en cours par crimes de guerre présumés commis par Israël et des groupes armés palestiniens depuis 2014. Les résultats de l’enquête révélés par le parquet coïncident avec l’accusation initiale des dirigeants palestiniens et des témoins oculaires, une version également soutenue par des analystes indépendants.

Israël, pour sa part, a d’abord accusé des miliciens palestiniens d’avoir tiré sur le journaliste chevronné d’Al Jazeera, bien que plus tard un porte-parole de l’armée et des membres du gouvernement aient souligné que n’avait pas d’informations concluantes pour établir qui l’a tuée sans avoir la balle.

Les autorités israéliennes ont demandé une enquête conjointe avec l’ANP, qui a toujours refusé et s’est chargée de pratiquer l’autopsie de sa propre initiative à Naplouse le jour même de sa mort et de l’enquête qui a suivi.

Lire aussi:   L'ONU craint que l'exode ukrainien ne s'élève à 8,3 millions de réfugiés en 2022

Israël le nie

Le ministre israélien de la Défense, Beny Gantz, a déclaré jeudi que l’allégation de l’Autorité nationale palestinienne selon laquelle l’armée aurait délibérément tué la journaliste Shireen Abu Akleh « c’est un mensonge flagrant» et a insisté sur la possibilité d’une enquête conjointe. « L’armée israélienne mène une enquête sur l’affaire pour révéler la vérité. Toute affirmation selon laquelle l’armée blesse intentionnellement des journalistes ou des civils non impliqués est un mensonge pur et simple », a déclaré Gantz dans un communiqué.

« Nous agissons toujours avec précision, attaquer des terroristes et prendre des mesures pour éviter de nuire aux civils. Nous continuerons à fonctionner de cette manière », a ajouté le ministre, notant que le refus de l’ANP de coopérer à l’enquête soulève des questions sur « s’ils veulent vraiment découvrir la vérité ».

En outre, Gantz a ajouté que « des enquêtes unilatérales et des tentatives d’inculper des soldats de l’armée israélienne de crimes de guerre » saper la possibilité de « réaliser la paix et la stabilité dans la région et, en fin de compte, alimentent le terrorisme.

Article précédentEL PERIÓDICO accueille la 2e édition des prix eWoman
Article suivantLes critiques de la police du Texas pour la réponse « tardive » à la fusillade s’intensifient