Accueil Business Le Maroc, un « aimant » pour les constructeurs automobiles touchés par la guerre...

Le Maroc, un « aimant » pour les constructeurs automobiles touchés par la guerre en Ukraine

57
0

Le Maroc poursuit sa croissance dans l’industrie automobile. Après avoir donné le sorpasso à l’Afrique du Sud en tant que principal fabricant du continent après l’arrivée du Usine Stellantis à la ville de Kénitra, le pays ne cesse d’attirer de nouvelles entreprises. Le dernier, d’ailleurs, d’Europe. Et c’est que Le pays d’Afrique du Nord est le lieu où la production des usines touchées par le conflit de guerre en Ukraine, en particulier ceux dont les produits se concentrent sur le câblage qui équipe les voitures. Citons par exemple le japonais Sumitomo ou l’irlandais Aptiv, tous deux déjà présents sur le sol marocain mais qui sont contraints d’accueillir une plus grande production après l’invasion de la Russie. Un coup de pouce de plus pour un pays qui, en plus, attend de finaliser le débarquement de nouveaux constructeurs.

Selon les médias du pays, la guerre déclenchée par la Russie en Ukraine met en évidence la position du Maroc comme pôle d’attraction dans le secteur automobile, ce qui signifie une concurrence claire pour toute la péninsule ibérique, tant pour l’Espagne que pour le Portugal, l’autre grand pôle d’attraction de ce industrie.

Depuis le début du conflit, des entreprises telles que Sumitomo Electric Industries au Japon (câbles électriques et fibre optique) ou l’Aptiv irlandais Ils ont annoncé le transfert d’une partie de leur production au Maroc afin de répondre aux demandes des industriels, déjà touchés par la pénurie d’autres composants comme les micropuces.

Lire aussi:   Holaluz rachète le portefeuille clients d'Ovo Energy Spain

Selon les médias du pays, la guerre déclenchée par la Russie en Ukraine met en évidence la position du Maroc comme pôle d’attraction dans le secteur automobile, ce qui signifie une concurrence claire pour toute la péninsule ibérique, tant pour l’Espagne que pour le Portugal, l’autre grand pôle d’attraction de ce industrie.

Depuis le début du conflit, des entreprises telles que Sumitomo Electric Industries au Japon (câbles électriques et fibre optique) ou l’Aptiv irlandais Ils ont annoncé le transfert d’une partie de leur production au Maroc afin de répondre aux demandes des industriels, déjà touchés par la pénurie d’autres composants comme les micropuces.

En parallèle, le pays d’Afrique du Nord continue de se battre pour l’implantation sur son territoire d’un nouveau constructeur qui rejoint Renault et Stellantis. Plus précisément, ils attendent la mise en œuvre de la géant véhicule électrique chinois BYD, dont l’annonce avec le gouvernement a eu lieu en 2019, mais dont on sait peu de choses à ce stade. Dans ce cas, l’usine serait ouverte à Tanger, où se trouve l’une des usines Renault.

Lire aussi:   EL PERIÓDICO réunit à nouveau le monde économique à Empresa de l'Any

Stellantis Vigo s’arrête à nouveau et ne fabriquera plus que des vans eK9

Stellantis Vigo terminera la semaine avec des changements de production et commencera la suivante avec plus d’arrêts en raison d’un manque de composants. Concrètement, l’usine va à nouveau paralyser les deux systèmes lundi et, désormais, seuls les fourgons électriques (eK9) et le Grand C4 SpaceTourer (B78) seront fabriqués en système deux.

D’après ce que la direction a indiqué hier au personnel, cette semaine System 1 (qui assemble les Peugeot 301, C-Elysée et Peugeot 2008) achèvera les travaux comme prévu, tandis que System 2 fabriquera exclusivement le monospace (qui cessera à partir de juillet à produire pour toujours) dans les deux équipes de montage. Déjà pour la semaine prochaine, l’activité est annulée pour les deux systèmes le lundi. Et tandis que le 1 reviendra en première équipe mardi, le 2 continuera uniquement avec le Grand C4 SpaceTourer.

À partir de mercredi et pour le reste de la semaine, le système de van n’effectuera qu’un mélange de B78 et eK9. Stellantis avait déjà annoncé l’an dernier son intention de fabriquer uniquement des modèles électriques des versions tourisme des véhicules utilitaires légers.

Article précédentHenkell Freixenet bat son record et vend pour 1,3 milliard d’euros en 2021
Article suivantLe Kremlin avertit que l’armement de l’Ukraine est une menace pour la sécurité de l’Europe