Accueil L'International Le Danemark décide par référendum s’il entre dans la politique européenne de...

Le Danemark décide par référendum s’il entre dans la politique européenne de défense

27
0

Danemark tranchera ce mercredi dans un référendum si vous entrez dans politique de défense de l’Union européenne (UE), une décision qui mettrait fin 30 ans d’exception dans le pays scandinave. Avec cette décision, motivée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le Danemark suivrait le chemin de la Suède et de la Finlandedeux pays qui ont abandonné leur neutralité historique pour postuler à l’adhésion à l’OTAN il y a quelques semaines.

Bien qu’il fasse partie de l’Union européenne depuis 1972 et est membre fondateur de l’OTANle Danemark a refusé participer à la politique européenne de défense. En effet, en 1992, le pays scandinave a dit non au traité de Maastricht avec 50,7 %, ce qui menaçait l’entrée en vigueur du traité fondateur de toute l’Union européenne.

Pour mettre fin au blocus, le Danemark a obtenu une série de clauses d’exclusion connu comme se désengager dans le jargon européen et finalement acceptée lors d’un nouveau vote l’année suivante. Plus précisément, en 1993, le pays nordique a approuvé une version alternative du traité de Maastricht, avec exceptions à la politique communautaire dans quatre domaines, l’union monétaire et économique, défendre, la coopération policière et judiciaire et la citoyenneté. De même, lors de deux référendums ultérieurs, les Danois ont refusé de rejoindre la zone euro -en l’an 2000- et ont également dit « non » à la suppression de l’exception dans le domaine juridique -en 2015-.

Lire aussi:   OTAN, en attendant la Turquie

Se référant à exception en défenseimplique que le Danemark ne peut pas participer aux domaines de la politique étrangère et de sécurité de la Communauté liés à la défense, ni à d’hypothétiques opérations militaires de l’UE -pour cette raison, il n’a participé à aucune mission militaire de la Communauté européenne-, et il n’a pas le droit de vote au Conseil des ministres sur les questions dans ce domaine.

Changement de cap après l’invasion russe

Cependant, le la situation a changé avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie et, en mars dernier, le Premier ministre danois, le social-démocrate Mette Fredriksena convoqué un référendum pour le 1er juin sous prétexte qu’après l’attaque russe, la situation sécuritaire en Europe avait radicalement changé. Toutes les forces politiques avec représentation parlementaire soutenir le « Oui » lors du vote, avec exception de l’extrême droite du Parti populaire danois et de la Nouvelle droite et des gauchistes de l’Alliance rouge-verte.

Se référant à sociétéla majorité des Danois voteront pour d’abolir l’exception danoise pour la défense de l’UE. Selon un sondage publié dimanche, un 65,4 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles voteraient lors du référendum en faveur de l’annulation par le pays de cette clause en vigueur depuis trois décennies. Au contraire, 34,6% ont indiqué qu’ils voteraient contre, selon le sondage réalisé par Megafon pour la chaîne de télévision publique TV2.

Lire aussi:   Des débris spatiaux menacent la Station spatiale internationale

En ce sens, la le soutien social a augmenté par rapport à un sondage d’il y a dix jours, puisque les répondants favorables au « Oui » ont augmenté de six points, tandis que le pourcentage d’indécis est passé de 29 à 22 %. Les résultats définitifs seront connus mercredi soir après le vote, auquel les territoires autonomes du Danemark, du Groenland et des îles Féroé ne participeront pas.

Au cas où, comme le prédisent les sondages, le Danemark accepterait de se joindre à la défense de l’UE, ce serait la troisième fois depuis le début de l’invasion russe de l’Ukraine qu’un pays nordique ferait le pas de se fortifier en défense. La Suède et la Finlande ont officiellement déposé leur demande d’adhésion à l’OTAN il y a deux semaines, même si jusqu’à présent la Turquie maintient son refus de leur adhésion. Cependant, on s’attend à ce que l’Alliance atlantique finisse par s’étendre, de sorte que les trois pays nordiques –Danemark, Suède et Finlande– ferait partie de la La politique européenne de défense et l’OTAN.

Article précédentLa logistique fait son chemin en Catalogne comme alternative à l’industrie
Article suivantMLRS : à quoi ressemble ce type de missile et quel risque y aurait-il s’il tombait entre les mains de l’Ukraine ?