Accueil L'International La Finlande se prépare à une décision historique sur son entrée dans...

La Finlande se prépare à une décision historique sur son entrée dans l’OTAN

54
0

Finlande entrer cette semaine dans phase décisive sur son éventuelle entrée dans le OTANquelque chose d’impensable il y a seulement deux mois, avant le invasion de l’ukraine. La décision finale sera probablement prise en juin. Le gouvernement du pays nordique prévoit de publier jeudi un « livre blanc » sur la sécurité du pays et les conséquences des actions militaires de la Russie, qui seront le point de départ de la débat parlementaire sur l’entrée dans Alliance atlantique, dont 30 pays font déjà partie.

D’autre part, l’OTAN prévoit une force permanente en Europe de l’Est capable de repousser l’agression. Le secrétaire général de l’association, Jens Stoltenberga fait valoir cette décision dans une interview publiée ce dimanche dans le journal britannique ‘The Telegraph’.

Discussion jusqu’à fin juin

« Nous aurons des discussions très prudentes, mais nous ne prendrons pas plus de temps que nécessaire », a déclaré vendredi le Premier ministre finlandais. sanna marin. « Je pense que nous aurons terminé notre débat fin juin », a ajouté le leader social-démocrate.

« La demande sera soumise dans le courant du mois de mai », pour permettre une décision au sommet de l’OTAN qui se tiendra à Madrid fin juin, l’ancien Premier ministre a déclaré à l’AFP Alexandre Stubb, partisan de l’adhésion.

En ce qui concerne le sommet de Madrid, Stoltenberg a déclaré que les alliés ont déjà mis en œuvre « de nombreuses mesures immédiates » et ont maintenant le temps jusqu’à l’événement pour prendre des décisions à plus long terme.

Lire aussi:   Les crimes contre l'humanité "retournent" à Lviv

La Chine, « partie importante » des nouveaux plans de l’Otan

Comme la Finlande, la Suède étudie également la question de l’adhésion à l’OTAN, qui veut également aborder la montée en puissance de la Chine lors du sommet de Madrid.

« Dans le cadre stratégique actuel, convenu en 2010, la Chine n’est pas du tout mentionnée, pas même en un seul mot », a déclaré le secrétaire général, qui a avancé que le géant asiatique occupera une « part importante » des nouveaux plans.

Pékin « a le deuxième budget de défense le plus important au monde » et investit dans « de nouvelles capacités nucléaires modernes et des missiles à longue portée pouvant atteindre le territoire de l’OTAN ».

« Nous craignons également de voir la Russie et la Chine travailler plus près l’une de l’autre. C’est quelque chose qui est pertinent pour notre sécurité », a ajouté le secrétaire général.

Article précédentAu moins 14 civils meurent dans une nouvelle attaque de militants en République démocratique du Congo
Article suivant« Le programme de Le Pen signifierait l’abolition des principes constitutionnels de la Ve République »