Accueil L'International La débâcle socialiste laisse Anne Hidalgo avant-dernière

La débâcle socialiste laisse Anne Hidalgo avant-dernière

44
0

bosse historique de Anne Hidalgo. Les dirigeants de Parti socialiste (PS) Les Français sont venus guéris de la frayeur face aux terribles intentions de vote que leur ont données les sondages. Mais ils doivent encore se pincer la peau pour accepter la réalité de leurs résultats lamentables ce dimanche au premier tour des élections présidentielles en France. La maire de Paris n’a obtenu que 2% des voix et était avant-dernière parmi les douze candidats à l’Elysée, selon les estimations des résultats (très exactes). Sa campagne erratique et la mauvaise réputation des socialistes en France, ajoutées à l’effet du vote utile de l’électorat progressiste en faveur de Jean-Luc Mélenchon (troisième) et d’Emmanuel Macron (premier), Ils ont coulé ce leader aux racines espagnoles.

« Je sais combien d’entre vous sont déçus ce soir et on va faire tous les bilans objectifs », a assuré la socialiste devant ses supporters, concentrés dans une place du sud de Paris. Pour que la France ne sombre pas dans la haine de tous contre tous, je vous demande sérieusement de voter contre le L’extrême droite de Marine Le Pen en utilisant un bulletin de vote d’Emmanuel Macron », a ajouté le maire, étant le premier de nombreux candidats à demander un cordon sanitaire contre l’extrême droite lepéniste.

Lire aussi:   Les États-Unis offrent une récompense de 10 millions pour trouver six "hackers" russes

Avertis par les sondages, les militants socialistes ont accueilli l’annonce de la débâcle avec résignation. Non seulement c’est un résultat pire que le 6% obtenu par le socialiste Benoit Hamon en 2017, mais jamais auparavant dans son histoire le parti de la rose n’est tombé si bas lors d’une élection présidentielle. De plus, c’est un avertissement de la défaite qu’ils pourraient subir aux prochaines élections législatives, prévues en juin. Actuellement, les socialistes ont 28 députés sur un total de 577 à l’Assemblée nationale.

Le pincement entre Macron et Mélenchon

La direction socialiste, lorsqu’elle a désigné le maire de Paris comme candidat, était convaincue d’avoir trouvé le bon profil présidentiel. Né en San Fernando (Cadix), Hidalgo, 62 ans, a obtenu une réélection confortable en juin 2020 à la tête du conseil municipal de la capitale, avec près de 50 % des voix. Il avait un bon équilibre en termes d’écologie et un programme beaucoup plus à gauche que les modérés François Hollandedont le mandat décevant (entre 2012 et 2017) continue de peser sur le parti de la rose.

Lire aussi:   Vidéo | Que se passe-t-il dans les villes ukrainiennes

Les attentes des socialistes d’avoir un rôle prépondérant dans ces élections présidentielles ont été rapidement frustrées par la campagne erratique d’Hidalgo. Même si une fragmentation excessive est un fardeau pour wow, sa proposition d’organiser des primaires avec le groupe des formations progressives a fini par être une balle dans le pied pour le maire de Paris. Le fait qu’il ait passé le dernier mois de la campagne à critiquer la prétendue condescendance de Mélenchon envers Vladimir Poutine ne lui a apporté aucun résultat, bien au contraire.

La touche finale à cette débâcle a été donnée par la succession de dirigeants socialistes qui ont demandé le vote pour le chef insoumis ou pour Macron. L’ancien électorat du PS a été divisé en deux blocs apparemment opposés, du moins au niveau programmatique. Le fait de le récupérer sera une tâche plus que compliquée.

Article précédentLa Costa Daurada cherche des touristes irlandais pour remplacer les Russes
Article suivantLa reine Elizabeth II s’est sentie « épuisée » après avoir contracté le covid