Accueil Business IESE, deuxième école mondiale de managers et Esade, quatrième

IESE, deuxième école mondiale de managers et Esade, quatrième

52
0

Le IESE est passé de la première à la deuxième place mondiale en stage de management et Esade a été placé à la quatrième place, selon le classement du journal britannique ‘Financial Times‘ qui est publié ce lundi. L’école de commerce de université de Navarre Il a été premier pendant six années consécutives, de 2015 à 2020 -en 2021 le classement n’a pas été publié en raison de la crise du coronavirus-. Dans tous les cas, l’entité est consolidée comme l’une des meilleures écoles de formation au management au monde. Le classement, mené par le Parisien HEC, comprend Esade, également basé à Barcelone, en quatrième position de ce classement.

Le journal met en avant les « niveaux élevés de satisfaction des participants » des programmes IESE, l’utilité des compétences acquises et la promotion de nouvelles façons de penser. Un autre élément à souligner est le caractère international de l’entité qu’il dirige. François Heukamp (tant dans la conception des cours que dans la mixité des enseignants et des participants), ainsi que son équipe pédagogique, et la diversité et la qualité des participants.

Le bon résultat de l’établissement se produit malgré la crise du covid-19, qui a surtout touché la plupart des programmes internationaux qui y sont enseignés, selon Philip Moscoso, directeur de ‘Executive Education’ à l’IESE. Le classement « FT Executive Education 2022 » analyse deux types de programmes pour managers : les programmes « ouverts » ou ouverts (ouverts aux entrepreneurs et dirigeants de toute entreprise) et les programmes « sur mesure » ou sur mesure (faits sur mesure pour des entreprises spécifiques).

Lire aussi:   Agbar rejoint l'Alliance des Pays Zéro Pauvreté des Enfants du gouvernement

Le FT établit des classements distincts pour les deux programmes, puis établit un classement général, qui combine les résultats des deux classements, pour l’ensemble des formations en gestion. En plus d’être deuxième dans le classement combiné, l’IESE a également été classée troisième au monde pour les programmes ouverts et troisième pour les programmes personnalisés. Esade a terminé quatrième dans les programmes ouverts et huitième dans les programmes sur mesure.

Pour les programmes ouverts, les participants ont donné à l’IESE d’excellentes notes pour leur satisfaction globale à l’égard de l’expérience IESE, évaluant l’IESE à 9,95 sur 10 en moyenne, la note la plus élevée attribuée à l’une des écoles classées. En plus d’avoir de bons scores dans presque toutes les catégories, les participants ont particulièrement apprécié le suivi assuré par l’IESE une fois de retour sur le lieu de travail (classé 2 au monde sur cette mesure), et les nouvelles compétences et connaissances acquises dans le programme. La qualité et la diversité de la classe ont également été mises en avant, ce qui multiplie les opportunités de « réseautage ».

Lire aussi:   Intel investira 200 millions d'euros dans un nouveau centre de conception de micropuces à Barcelone

En termes de programmes sur mesure, l’IESE a également reçu des notes élevées pour l’internationalité de ses clients et de ses professeurs, la forte probabilité que les entreprises clientes reviennent à l’IESE pour une formation complémentaire et les solides alliances avec d’autres écoles telles que Harvard et Wharton. Dans les programmes ouverts, il occupe la troisième place, comme dans les programmes sur mesure.

Le classement du « Financial Times » est basé sur les réponses aux enquêtes des clients des programmes sur mesure et des participants aux programmes ouverts, combinées aux données fournies par les écoles de commerce elles-mêmes selon un certain nombre de critères différents.

Derrière l’IESE se trouvent la Swiss IMD Business School, Esade, ; la London Business School ; l’Essec Business School française ; la SDA Bocconi School of Management italienne ; l’Université du Michigan-Ross; Fondation Dom Cabral du Brésil et Edhec Business School.

Article précédentL’ONU demande de ne pas stigmatiser les personnes atteintes de « monkeypox »
Article suivant« Poutine a commencé à perdre au moment où la Russie est entrée en Ukraine »