Accueil Business Holaluz rachète le portefeuille clients d’Ovo Energy Spain

Holaluz rachète le portefeuille clients d’Ovo Energy Spain

71
0

Le négociant en énergie Bonjour Luz a acquis les 6 500 clients nationaux du portefeuille de OVO Énergie Espagne, une filiale de la compagnie d’électricité britannique OVO Energy. Il s’agit de la troisième opération d’acquisition pour Holaluz, qui a annoncé il y a huit mois un plan d’achat pour les sociétés commerciales dans le cadre de sa stratégie de consolidation industrielle.

Holaluz, qui est cotée sur BME Growth -l’ancien MAB- depuis novembre 2019, a exécuté le premier achat en décembre 2021 et le suivant en janvier 2022. OVO Energy España est le troisième du plan de fusions et acquisitions prévu par la société.

Lire aussi:   L'entreprise pharmaceutique Boehringer Ingelheim investit 11 millions dans son centre d'innovation numérique à Sant Cugat

« Ces opérations permettent à Holaluz de franchir une nouvelle étape dans son objectif de conduire la transformation énergétique, en promouvant un modèle basé sur la production décentralisée qui créera la plus grande communauté d’énergie verte du sud de l’Europe », explique la société dans un communiqué.

Holaluz assure affronter le contexte actuel de crise des prix de l’énergie « comme une opportunité » pour se positionner comme un consolideur du secteur.

Basée au Royaume-Uni et comptant plus de 5 millions de clients dans le monde, OVO Energy propose une énergie 100 % verte, numérique et axée sur les clients résidentiels.

Lire aussi:   Le salaire horaire a augmenté de 2,2% au premier trimestre, soit quatre fois moins que l'IPC

Le distributeur espagnol a clôturé 2021 avec des pertes de 8,41 millions d’euros, contre 1,07 qu’il a perdu en 2020, bien qu’il ait commencé 2022 en bénéfices, puisque de janvier à mars, il a réalisé des bénéfices de 11,09 millions, qui contrastent avec les pertes de 1,17 dans le premier trimestre 2021.

Article précédent« Avant on pensait au feu, maintenant aux bombes »
Article suivantPoutine justifie l’invasion de l’Ukraine, mais évite de mentionner une escalade de la guerre