Accueil High-Tech Cybercriminels ou Robin des bois ? Un ‘ransomware’ vous oblige à faire...

Cybercriminels ou Robin des bois ? Un ‘ransomware’ vous oblige à faire de bonnes actions pour récupérer vos fichiers

38
0

Le ‘rançongiciel‘ continue d’être une menace majeure et les dernières données indiquent que près de les deux tiers des entreprises ont été victimes d’une attaque à l’occasion. Il s’agit d’une cyberattaque qui crypte les fichiers et les systèmes informatiques des entreprises et des organisations qu’elle attaque.

Après cela, ils contactent leur victime pour exiger une rançon, généralement financière, en échange d’un retour à la normale. Des enquêtes indiquent que si une organisation a été victime d’un ransomware dans le passé, elle est plus susceptible de payer une rançon en cas de nouvelle attaque.

Lire aussi:   Samsung annonce l'arrivée du Galaxy A33 5G

Bonne volonté

Bien qu’il s’agisse d’une pratique assez courante, le « ransomware » détecté en mars dernier en Inde est très différent. Pour commencer, il s’appelle « Goodwill » (qui signifie « bonne volonté » en anglais), et son mode opératoire lorsqu’il infecte une entreprise n’est pas celui habituel.

Les experts en cybersécurité d’une entreprise indienne CloudSEKqui sont ceux qui l’ont découvert, soulignent que les cyberattaquants ne demandent pas d’argent en échange du retour à la normale des fichiers et des systèmes informatiques, mais exigent plutôt que les victimes donnent de nouveaux vêtements aux sans-abris, achètent des menus pour les enfants sans ressources ou payer les soins médicaux et de santé aux personnes qui n’en ont pas les moyens.

Lire aussi:   Voici la webcam AnkerWork PowerConf B600

ne remplissant que ces trois bonnes actions, les victimes de l’attaque de Goodwill pourront revenir à la normale. De plus, ils doivent publier la preuve de leurs bonnes actions sur les réseaux sociaux et qu’ils sont « de meilleures personnes« Merci d’avoir subi cette attaque.

Article précédentTikTok lance des abonnements payants de type Twitch
Article suivantLe SEPI approuve le sauvetage d’Air Nostrum pour 111 millions d’euros