Accueil Business Cellnex cède 3 000 pylônes de télécommunications en France

Cellnex cède 3 000 pylônes de télécommunications en France

70
0

Cellnex Telecom a conclu un accord pour le transfert d’un paquet de environ 3 200 sites pour Tour Phénix Internationale (PTI) pour se conformer aux conditions de clôture établies par la FCA après le rachat de Hivory que Cellnex a réalisé en 2021.

PTI va acquérir 1 226 sites de télécommunications situés dans des zones très denses de La Francetout en acquérant simultanément, via sa « joint-venture » avec Bouygues Telecom, 2 000 sites supplémentaires dans des zones également très denses.

« Les accords conclus avec PTI et sa « joint-venture » avec Bouygues Telecom nous permettent de nous conformer aux exigences établies par l’Autorité de la concurrence après avoir finalisé l’acquisition de Hivory en octobre dernier.

Lire aussi:   Quels emplois la R&D&I génère-t-elle ? Bien payé et aussi difficile à trouver qu'à retenir

Ces deux accords renforcent la logique du modèle économique basé sur la gestion neutre et indépendante des infrastructures de télécommunications et représentent ainsi une étape supplémentaire dans la consolidation de ce modèle en France et en Europe », a déclaré Àlex Mestre, Directeur Général Adjoint de Cellnex Telecom.

Cellnex gère un portefeuille de plus de 130 000 sites -dont des déploiements prévus jusqu’en 2030-, en Espagne, Italie, Pays-Bas, France, Suisse, Royaume-Uni, Irlande, Portugal, Autriche, Danemark, Suède et Pologne. L’activité de Cellnex est structurée en quatre grands domaines : les services aux infrastructures de télécommunications, les réseaux de diffusion audiovisuelle, les réseaux de sécurité et de secours et les réseaux privés pour les entreprises, et les solutions de gestion intelligente des infrastructures et des services urbains (Smart cities et « Internet of Things » (IoT )).

Lire aussi:   les entreprises se mettent au vert

Article précédentHispasat rachète Axess Networks pour plus de 100 millions
Article suivantCrash mondial d’Apple : l’entreprise récupère le service