Accueil L'International Bruxelles active le mécanisme de gel des fonds européens à la Hongrie

Bruxelles active le mécanisme de gel des fonds européens à la Hongrie

38
0

Après des mois de bras de fer avec les Le gouvernement de Viktor Orbanla Commission européenne a décidé de franchir le pas et d’activer le mécanisme qui conditionne le décaissement des Fonds européens pour le respect de l’État de droit. Bien qu’il n’y ait pas d’estimations sur le montant de l’aide européenne que Budapest pourrait perdre si elle ne résout pas les lacunes identifiées par l’exécutif communautaire, Bruxelles estime avoir « des preuves suffisantes », selon le vice-président Vera Jourovaqu’il y a eu violation des règles de gestion des fonds, pour laquelle la Hongrie doit fournir des explications et présenter des mesures correctives.

« La Commission a décidé d’agir parce qu’elle a graves préoccupations sur un certain nombre d’institutions en el utilisation du budget de l’UE en Hongrie. Ils évoquent la passation des marchés publics, le fonctionnement des autorités responsables des fonds, les contrôles financiers et le processus d’audit, la transparence, la prévention de la fraude, de la corruption et d’autres infractions », expliquent des sources du exécutif communautaire.

Lire aussi:   "La Russie va lancer une campagne de désinformation contre la Finlande"

A cela, ils ajoutent les mêmes sources, la « constante » refus des autorités hongroises de se conformer aux recommandations et demandes de Bruxelles depuis plus d’une décennie, comme en témoigne le « niveau exceptionnellement élevé des corrections financières ces dernières années ». La Commission européenne a d’autres préoccupations qui ont encore aggravé la situation en raison des « limites à une enquête efficace et à des poursuites indépendantes » dans le pays. En outre, la Hongrie ne dispose pas d’une stratégie globale de lutte contre la corruption, ce qui complique davantage la situation en termes d’État de droit.

Approbation de la CJUE

C’est la première fois que la Commission active le mécanisme, entré en vigueur le 1er janvier 2021 et que Bruxelles avait maintenu gelé jusqu’à l’arrêt de la Cour de justice de l’UE sur le recours introduit par la Hongrie et la Pologne. Les tribunaux ont entériné l’instrument le 16 février et Bruxelles s’est mis au travail ce qui a conduit à l’envoi d’une lettre de convocation formelle dans laquelle il identifie les problèmes. « Ce n’est que le début du dialogue, il n’y a pas de sanction, pas d’amende ou quoi que ce soit », expliquent des sources de l’exécutif communautaire.

Lire aussi:   L'Ukraine confirme une nouvelle tentative d'évacuation des civils de Marioupol

Le autorités hongroises Ils disposent désormais d’un délai de deux mois pour répondre aux préoccupations identifiées par Bruxelles, fournir des explications et proposer des mesures correctives appropriées. « L’objectif est d’arriver, si un accord peut être trouvé, à ce que la procédure puisse être arrêtée, mais si ce n’est pas le cas, elle continuera », ajoutent des sources de la Commission sur une procédure qui pourrait durer entre 5 et 9 mois. « Personne ne veut que le processus dure éternellement. La Commission a l’obligation de l’activer et d’adopter des mesures à la fin du processus pour corriger la situation. Donc, neuf mois, c’est le maximum que cela pourrait durer », disent-ils.

Article précédentAgbar rejoint l’Alliance des Pays Zéro Pauvreté des Enfants du gouvernement
Article suivantCarte de la Transnistrie et de la Moldavie : telle est la situation