Accueil Business 50 000 entreprises catalanes sont en danger de ne pas pouvoir retourner...

50 000 entreprises catalanes sont en danger de ne pas pouvoir retourner les ICO, selon Pimec

79
0

La viabilité de 50 000 petites et moyennes entreprises en Catalogne, il est en danger dans les semaines à venir en raison de la fin du moratoire pour restituer les crédits ICO. En avril et mai, le manque de la plupart des prêts garantis par l’État demandés par quelque 121 000 PME pour résoudre la tempête de covid commence à expirer. Et maintenant, avec les coups de foudre de la guerre en Ukraine ou la raréfaction de certaines matières premières qui s’ajoutent à cette « tempête parfaite », près de 40 % d’entre eux ne sont pas en mesure de pouvoir les restituer avec des garanties, selon un sondage présenté ce mardi par Pimec.

Les crédits ICO, financés par les banques à faible taux d’intérêt mais garantis par l’État, ont été activés en mars 2020 et la plupart des échéances, après une prolongation permise l’an dernier, expirent entre avril et mai. « Ils ont généré une situation d’anesthésie, alors qu’il y a eu une pénurie, il n’y a pas eu de problèmes au sein des entreprises », a déclaré le président de Pimec, Antoni Canété. Dans toute l’Espagne, 135 500 millions d’euros ont été prêtés à travers 1 149 322 opérations, dont plus de 98 % pour les PME et les indépendants. Et dans trois semaines, ce délai de grâce se termine et les entreprises devront commencer à rembourser ce qu’elles ont emprunté. « Nous avons détecté qu’il y a des PME et des indépendants qui ignorent qu’ils ont deux mois pour refinancer ou renégocier ces ICO », ajoute avec inquiétude le chef d’entreprise.

Lire aussi:   Que voir à ISE, le salon de l'audiovisuel qui démarre aujourd'hui à Barcelone ?

Pimec a présenté ce mardi une enquête réalisée auprès de 417 de ses associés, qui confirme la fragilité financière dans laquelle se trouve actuellement une non moindre partie du tissu entrepreneurial. Selon leurs résultats, 49% des PME ayant demandé une ICO avaient résultats négatifs dans son facturation entre les années 2020 et 2021. Et le montant de ces prêts menace de déstabiliser les bilans de nombreuses entreprises, puisque 61,6% des sondés affirment que le dettes covid égale à plus de 10 % de son chiffre d’affaires.

Retraits et moratoires

Pour éviter une augmentation des impayés et la faillite des entreprises, de Pimec, ils exigent que le gouvernement approuve un nouveau moratoire pour le remboursement des crédits, ainsi que vous supprimez dans certains cas avec l’obligation de restituer lesdites sommes dans un délai de cinq ans. Ce n’est pas la seule organisation commerciale qui préconise de retarder le remboursement des prêts dans la situation actuelle et des entités telles que À ils appuient la motion. « Les secteurs et les indépendants qui en ont fait la demande en raison de la pandémie et qui doivent commencer en avril avec les retours sont les mêmes qui sont désormais noyés par la hausse des prix », a prévenu cette semaine l’organisation des travailleurs indépendants liée à CEOE.

Lire aussi:   La majorité des actionnaires de Glovo souhaitaient se retirer de l'entreprise au moment de sa vente

Selon l’enquête Pimec, sur les 48 % d’entreprises qui déclarent avoir des problèmes à faire face à l’expiration des crédits ICO, 35,2 % demandent une prolongation de 12 mois du délai de grâce et un report de 12 mois, et 29,6 % demandent une réduction de plus de 50% du nominal. L’enquête montre également que 83% des entreprises ayant des difficultés à respecter les échéances des prêts avec une garantie covid, si elles ont besoin d’une décote, estiment qu’elles pourraient la rendre dans 5 ans.

Article précédentLa mort de l’indépendantiste Yvan Colonna ébranle les relations délicates entre Paris et la Corse
Article suivantIl en va de même pour les écouteurs du modèle LinkBuds, de Sony