Accueil L'International 30 morts en deux semaines

30 morts en deux semaines

51
0

Un Palestinien a été abattu mardi par l’armée israélienne dans la ville de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie occupée, le dernier d’une série d’incidents violents en deux semaines, qui ont fait 30 morts. Au total, 14 Israéliens sont morts dans des attaques palestiniennes et 16 Palestiniens dans des opérations de l’armée israélienne en Cisjordanie, qui ont conduit à de violents affrontements armés. Les analystes préviennent que les célébrations du Ramadan et de la Pâque juive pourraient être assombries par une escalade totale de la violence.

La première attaque a eu lieu le 22 mars à Beer Sheva, dans le sud d’Israël. Cinq jours plus tard, alors que le Dirigeants arabes, israéliens et américains réunis en un sommet historique, le second est arrivé dans le nord du pays. A peine deux jours se sont écoulés et il y a eu un nouvel attentat dans la banlieue de Tel-Aviv. Le quatrième attaque atteint le cœur de la capitale dans la nuit festive de jeudi dernier. Ce mardi un nouveau coup de couteau frustré sans victime dans le nord du pays a occupé l’actualité. Ensemble, ils ont tué 14 personnes. Israël vit ses jours les plus sanglants des trois dernières décennies.

offensive militaire

En réponse, les autorités israéliennes ont déployé tout leur arsenal militaire à l’intérieur et à l’extérieur des frontières d’Israël. « Nous serons en tout lieu à tout moment nécessaire pour arrêter ces attentats terroristes ; Israël passe à l’offensive», a annoncé le premier ministre, Naftali Bennett. Les deux premières attaques ont été menées par des citoyens palestiniens d’Israël tandis que les autres ont été menées par des Palestiniens de Cisjordanie occupée. Cette offensive s’est donc étendue sur plusieurs fronts. Le premier à la frontière, depuis que le gouvernement israélien a annoncé un plan de 86 millions d’euros pour renforcer le mur de séparation.

D’autre part, l’armée a profondément dans les townships palestiniens d’arrêter et de punir les personnes impliquées ou liées aux agresseurs. Dans Jénine, bastion de la résistance palestinienne, arrestations et incursions dans le camp de réfugiés, d’où était originaire l’attaquant de Tel-Aviv, se succèdent. Les raids des troupes israéliennes ont provoqué des affrontements et fusillade mortelle du côté palestinien. De plus, rien que ce dimanche quatre personnes, dont deux femmes, ont été tués dans des incidents distincts dans les territoires occupés. Après l’acte de vandalisme dans le lieu saint juif de la Tombeau de Joseph le samedi à Naplouse, l’armée israélienne est également déployée dans cette ville du nord. Militant palestinien de 34 ans, l’avocat Mohamed Assafest décédé ce mardi après avoir reçu une balle dans la poitrine alors qu’il emmenait ses enfants à l’école.

Lire aussi:   Jeux et prestige, article de Jorge Dezcallar

éventuelle escalade

Il y a presque un an, le répression des forces israéliennes sur les manifestations palestiniennes a allumé un conflit à grande échelle. L’offensive d’Israël sur la bande de Gaza a fait plus de 250 morts palestiniens et détruit des dizaines de bâtiments et d’infrastructures. Du côté israélien, 13 personnes ont été tuées. Ce Ramadan, les craintes d’une répétition de la violence semblent sur le point de devenir une réalité. « Un problème potentiel, c’est le nombre de morts palestiniens, dont les Israéliens sont peu conscients », analyse-t-il Amos Harel dans Ha’aretz. « La mort des combattants à Jénine renforce l’esprit de résistance et élargir le cercle de la vengeance« , précise.

De nombreux analystes soulignent que cette spirale de violence était une tragédie annoncée. Plus de un demi-siècle d’occupation israélienne sur la Cisjordanie a condamné les Palestiniens à la colère et à la frustration. « Les jeunes ils ont perdu espoir en tout, sans travail, désorientation et attaques quotidiennes des forces israéliennes ; Ils ont perdu de nombreux collègues, amis et voisins », a-t-il expliqué. Fathi Hazemle père de l’attaquant de Tel-Aviv, à Al Jazeera interrogé sur les raisons qui auraient pu amener ses enfants à ouvrir le feu dans un bar. Il semble que le coutures d’occupation ils ne supportent plus cette suffocation.

Lire aussi:   Au moins douze morts et des dizaines de blessés après une attaque russe à Mikolaiv

Ignorant de « l’autre côté »

« En outre, de nombreux anciens membres du niveau de sécurité d’Israël ont avoué que le maintien de millions de personnes sous un système soutenu par la force ne peut jamais garantir la sécurité à long terme, mais les élites politiques, militaires et culturelles d’Israël ont continué à rejeter ces avertissements », dénonce le rédacteur en chef du revue +972, Edo Konrad. Et c’est que les attentats sur le sol israélien ont pris par surprise une population qui ignore, de manière générale, l’oppression du peuple palestinien, vivant dans « une bulle psychologique pour supprimer tout intérêt pour « comment vit l’autre moitié ».

Konrad souligne que « cette bulle il ne tremble qu’à des moments sporadiques dans lequel une roquette, un couteau ou une arme à feu est retournée contre nous de « l’autre côté », nous obligeant à nous souvenir des millions que nous avons vivant sous notre botte ». Cette fois, le punition collective Il a également atteint les citoyens israéliens avec le retrait des prestations sociales aux proches des assaillants. De plus, les alliances d’Israël avec les États arabes et l’abandon conséquent de la cause palestinienne aggravent la colère. Ils semblent n’avoir que des couteaux et des balles pour élever la voixmême s’il est dans un hoquet débordant de désespoir avant de mourir.

Article précédentValence attend une cargaison de gaz du russe Gazprom en provenance du Cameroun
Article suivantZara Home reconvertit son magasin phare à Barcelone